CRéCET
Le monde du port

L'escale : plusieurs espaces-temps

Monde du port Quai de Blainville, Caen-Ouistreham Voir la carte

Les temps de la navigation portuaire

Lors de l'entrée du cargo dans le port, tous veillent avec acuité leur VHF car tous sont directement ou indirectement concernés par ce qui s'y dit. Chacun peut ainsi au fil de l'évolution de la manœuvre, affiner le moment de son intervention.

Éclusiers, rondiers, officiers de port, lamaneurs, équipages de remorqueurs, patrons de pilotine et pilotes partagent lors de l'escale d'un cargo, un même espace-temps. Certaines situations récurrentes les conduisent à entretenir une sociabilité entre acteurs du port même s'ils n'ont pas à travailler directement ensemble.
Même s'ils n'ont jamais l'occasion de se parler, certains acteurs du port s'identifient les uns les autres par leur rôle professionnel tenu au moment de l'escale du navire. Ils s'échangent alors des signes de reconnaissance. Ainsi à Caen, même s'ils ne font que s'entrevoir, le capitaine de remorqueur, lorsqu'il va passer un pont pour la première fois de la journée, va saluer d'un geste de la main le rondier à peine visible dans sa guérite. À Cherbourg, l'équipage d'un remorqueur militaire va saluer lors d'une manœuvre commune l'équipage du remorqueur du port de commerce sans que ni les uns ni les autres ne se croisent à terre. Dans cet univers, on peut d'ailleurs être vu sans le (sa)voir et voir sans être vu ! À Caen, lorsque le pilote passe sur la porte de l'écluse aval pour rejoindre la pilotine, les officiers de port et les éclusiers l'identifient immédiatement. Bien souvent, les capitaines de remorqueurs dans le sas le guettaient également !
À Caen, lamaneurs et éclusiers se trouvent sur les bords de l'écluse au même moment. Les uns se chargent des navires, les autres de l'écluse. Mais comme ces opérations se déroulent en un même lieu, au même moment, ils entretiennent une certaine forme de sociabilité. De même, les lamaneurs vont régulièrement échanger quelques mots avec les équipages des remorqueurs le temps de la mise à niveau du sas.
La démesure des cargos a souvent pour conséquence que ces hommes qui travaillent sur un même lieu au même moment, ne peuvent réellement discuter. L'espace est pour eux véritablement en trois dimensions, où « l'altitude » constitue une donnée non négligeable ! L'officier de port dans la vigie, l'éclusier dans la salle de manœuvre, le pilote à la passerelle du navire, les lamaneurs sur le quai, les équipages des remorqueurs qui eux, Cherbourgangent de façon visible « d'altitude » au fur et à mesure que les niveaux du sas sont faits, peuvent difficilement communiquer. S'ils ne peuvent pas partager un espace, pilotes et officiers de port partagent un temps rythmé par la manœuvre. Le temps consacré à « faire les niveaux » dans l'écluse est souvent l'occasion pour les pilotes de faire le point soit par VHF, soit par téléphone portable (pour une certaine discrétion) sur la planification des prochaines opérations dans les heures à venir.

Get Adobe Flash player

Un temps à quai

Chaque acteur du port se rend à un moment ou un autre sur les quais. Cependant les acteurs qui occupent les quais dans le cadre de la navigation du cargo — amarrage et largage — s'y attardent uniquement le temps d'une manœuvre précise. La navigation au sein du port répond à d'autres contraintes horaires que celles qui régissent la manutention. Ainsi, même s'il arrive que tous les acteurs se côtoient - du moins s'identifient - le plus souvent cependant, ces temps ne concordent pas et les hommes ne partagent pas le même espace-temps. Ils occupent le quai les uns après les autres : une fois le navire à quai, les manutentionnaires investissent cet espace à des heures correspondant peu ou prou aux heures ouvrables des administrations. S'ils croisent parfois un inspecteur des Affaires maritimes, ils voient rarement les pilotes par exemple.
Le choix historique du port de Cherbourg de missionner des salariés polyvalents crée une autre configuration que celle du port de Caen. Les manutentionnaires de Cherbourg remplissent également la fonction de lamaneurs. Ainsi, contrairement à ce qui se passe la majeure partie du temps sur les quais du port de Caen, les manutentionnaires, notamment les dockers, amarrent et larguent les navires et rencontrent à cette occasion très régulièrement les pilotes. Là où à Caen les hommes de la navigation portuaire cèdent la place aux hommes des quais, la polyvalence instituée à Cherbourg a facilité la construction d'un sentiment d'appartenance à une même communauté portuaire.