CRéCET
Cargos et paquebots

Pilotes hauturiers au départ de Cherbourg

pilotage
Pilotine de Cherbourg après embarquement du pilote hauturier sur le porte-conteneurs
Les pilotes hauturiers de la Manche-Mer du Nord pilotent les navires qui en font la demande au sein de cette zone parmi les plus dangereuses et les plus fréquentées du monde. La présence d'un pilote hauturier n'est pas une obligation. Ils exercent une mission de sécurité, mais afin de convaincre les armateurs ils mettent à profit leur connaissance de la zone pour rejoindre plus rapidement les ports de destination.

La zone de pilotage Manche et Mer du Nord, couverte par la licence du Pilotage Hauturier inclut les côtes de France, celles des Iles Britanniques, de Belgique, de Hollande, d'Allemagne, de Norvège, ainsi que la côte ouest du Danemark jusqu'à une ligne Skagen-Vinga qui inclut Goteborg en Suède.

Nos pilotes embarquent à la demande dans n'importe quel port européen.

Il est d'usage pour les navires entrant dans la Manche, d'embarquer leur pilote en rade de Cherbourg et de le débarquer à l'issue de leur rotation, en rade de Brixham ou de Cherbourg.

Dans ces rades, les pilotes peuvent embarquer ou débarquer par pilotine, même par gros temps, ou par hélicoptère de Cherbourg à la demande du navire.

Extrait du site www.pilotes-maritimes.fr
Les bureaux du pilotage hauturier français se trouvent à Dunkerque. Mais les pilotes hauturiers de la Manche-Mer du Nord sont aussi anglais et hollandais. Ils embarquent généralement depuis le port de Cherbourg. Le port de Cherbourg est le port d'embarquement de pilotes hauturiers le plus approprié. Certains pilotes anglais embarquent depuis Brixham, mais cela oblige le capitaine entrant dans la zone Manche à traverser le rail sans assistance une première fois pour rejoindre le port anglais, mais aussi une seconde fois car le travail du pilote hauturier ne commence qu'à la bouée Greenwich située côté sud du rail.
Les patrons de pilotine de la station portuaire conduisent les pilotes hauturiers vers les navires sur rade de Cherbourg. Comme il s'agit d'une mission de sécurité, les pilotes peuvent aussi embarquer grâce aux hélicoptères de la marine nationale.

Get Adobe Flash player

Leurs embarquements ne sont pas plus planifiables que ceux des pilotes portuaires, mais une inconnue majeure vient s'ajouter : la durée d'embarquement. Celle-ci peut varier d'une journée à trois semaines, sans que le pilote ne le sache avant d'être à bord.

Get Adobe Flash player

Ce rythme leur permet de vivre un peu partout en France (Bretagne, Corse, etc...) et même en Italie puisque Carlos Papa, avant de s'installer à Cherbourg, habitait Rome. Cependant, un pilote hauturier vivant à Cherbourg permet à la station de répondre à des bateaux « spot » c'est à dire sans aucune planification temporelle !

Leur apprentissage est similaire à celui des pilotes portuaires. Ils restent en doublure avant d'embarquer seuls et pilotent des navires aux tirants d'eau de plus en plus élevés. Ce n'est qu'après deux années de pratique qu'ils se voient confier les navires à grand tirant d'eau (soit au-dessus de 17m40). Il s'agit aussi pour les pilotes d'effectuer une veille constante des réglementations maritimes :

« Pour être pilote il faut connaître le règlement côtier de tout le pays, alors on sait ce qu'on peut faire. Il y a des capitaines qui viennent ici une fois tous les 10 ans et les règlements ici dans la mer du Nord vont changer toutes les semaines »
Carlos Papa, pilote hauturier.

Un travail ponctué de rencontres et de solitude