CRéCET
Cargos et paquebots

Un métier exigeant

pilotage
Passage du pont de Bénouville (dit Pegasus), Caen-Ouistreham Voir la carte
Pour prétendre passer le concours qui permet d'intégrer une station de pilotage française, le candidat doit être titulaire d'un brevet de capitaine de 1ère classe de la marine marchande, avoir cumulé au minimum 72 mois de navigation effective, ce qui représente environ dix années et être âgé de moins de 35 ans. De plus, ce métier requiert « un certain goût de l'imprévu » qui doit également pouvoir être supporté par la famille du pilote !

Le « goût de l'imprévu » diminue avec l'âge
Le concours est national mais organisé sur le plan local par l'administration des Affaires maritimes. Après l'obtention du concours, cinq années de formation complémentaire sont nécessaires pour être habilité à prendre en charge les navires de toutes tailles sur les sites déterminés. Cette formation correspond à des périodes de doublures avec des pilotes confirmés et à une prise en charge progressive des navires.

Pilotes à Caen-Ouistreham, le choix d'un port difficile... Des origines géographiques très diverses, mais une fois pilote, il devient nécessaire de s'inscrire dans le tissu économique et social du port.

Tous les pilotes sont d'anciens navigants

« L'intérêt c'est qu'on sait ce qu'est un bateau et on sait ce qu'est un marin. Et ça c'est intéressant parce que le premier boulot c'est de voir quels vont être les rapports avec le commandant »
précise un pilote.
Au-delà des contraintes techniques liées au navire et au port, le pilote se doit d'être rassurant pour le commandant, ce qui demande parfois de prendre sur soi ! Cette expérience antérieure des pilotes leur permet également de relativiser les difficultés de ce métier. Quelques pilotes considèrent qu'ils ont finalement trouvé « le plus beau métier du monde » car ils ont conservé de leur activité passée le plaisir de la manœuvre et en ont abandonné les soucis des conflits sociaux à bord et des contraintes administratives.

Un service permanent

Le pilotage est opérationnel chaque jour et chaque heure de l'année. Il constitue une véritable interface entre le monde maritime et le monde portuaire. Les pilotes sont souvent sollicités par les autres acteurs portuaires comme conseillers nautiques. Leurs rencontres quotidiennes avec des capitaines venant de tous horizons leur donnent une connaissance pratique des conditions météorologiques rencontrées pour arriver jusqu'au port. Ces informations peuvent ensuite s'avérer utiles pour aider les agents maritimes à affiner un ETA même si désormais l'AIS facilite grandement les prévisions.