CRéCET
Cargos et paquebots

Un service autogéré

pilotage
Un bosco à bord du Diplomat prépare l'échelle de pilote
En France, le service du pilotage est régi par la loi organique du 28 octobre 1928. Celle-ci a obligé les pilotes à se regrouper et à renoncer à toute concurrence pour leur permettre d'exercer leur mission de sécurité de la navigation portuaire. La station de pilotage assure un service public. La tutelle de l'État s'exerce par le biais de l'administration des Affaires maritimes. Mais l'État délègue la gestion de ce service aux entités privées que sont les collectivités et syndicats de pilotes. Les Affaires maritimes statuent sur le nombre de pilotes à recruter dans une station et ouvrent en conséquence le nombre de places à pourvoir lors des concours d'entrée de cette station.
Les pilotes réunis en collectivité sont propriétaires à part égale du matériel professionnel. Fonctionnant en autogestion, ils se partagent à part égale leurs revenus après paiement des charges ainsi que des salaires des employés de la station. Ces revenus sont directement liés aux trafics des ports servis puisqu'ils proviennent de taxes payées par chaque navire et calculées sur son volume.