CRéCET
Cargos et paquebots

Des marins isolés

Remorquage
À bord d'un cargo, juste avant le passage de remorque, Caen-Ouistreham
Qu'ils soient à Caen ou à Cherbourg, les marins des remorqueurs n'ont jamais l'occasion de rencontrer les équipages des cargos en escale. Ils communiquent par gestes au moment de la manœuvre.

Leurs postes à quai sont éloignés des quais où se déroulent les opérations commerciales (chargements et/ou déchargements), ils n'ont donc pas l'occasion de voir ni les lamaneurs, ni l'agent, ni les manutentionnaires. Les manœuvres des remorqueurs s'opèrent sous les ordres des pilotes via la VHF, mais une fois la manœuvre terminée, ils ne se voient pas non plus. À Cherbourg, il arrive qu'un remorqueur militaire vienne prêter main-forte. Les équipages respectifs reconnaissent alors une silhouette familière sur l'autre remorqueur, mais à terre, ils ne pourraient s'identifier.

L'équipage du Chambon Sirocco regrette de ne plus partager son quai avec le remorqueur de haute mer Abeille Languedoc puis Abeille Liberté. Ces remorqueurs sont désormais abrités dans le port militaire et il faut donc une invitation de temps à autre pour se rencontrer à nouveau, mais il n'existe plus de liens spontanés et quotidiens.

À Caen, les réunions hebdomadaires dites « de place à quai » réunissent l'ensemble des représentants des acteurs portuaires et permettent aux capitaines qui y assistent, de rompre cet isolement. Même si, dans chaque port, les marins ont tous des réseaux de relations informelles, ce sentiment d'isolement peut être ressenti de façon assez sensible.

Une situation financière inconfortable

Les remorqueurs portuaires remplissent une mission de sécurité. Il est indispensable qu'ils soient présents et parés à tous moment car leur intervention en cas d'urgence peut s'avérer capitale. Cependant, les cargos et tout particulièrement les paquebots, sont de mieux en mieux équipés d'outils d'aide à la navigation portuaire (comme les propulseurs d'étrave par exemple) et font ainsi plus rarement appel aux remorqueurs. Les services de remorquage sont par conséquent des services déficitaires et cette situation structurelle risque de s'aggraver.