CRéCET
Cargos et paquebots

 

Portrait de Gilles Hoechstetter, inspecteur des Affaires maritimes de Basse-Normandie, 2004

Gilles Hoechstetter
Ancien marin de commerce, Gilles Hoechstetter a fréquenté principalement les ports de l’Afrique de l’Ouest et de l’Asie du Sud-Est. Il a travaillé pour les armements Delmas, Cherbourgargeurs Réunis, mais aussi, entre 1986 et 1993 pour la SNO, héritière de la Navale Caennaise. En 2000, il abandonne sa carrière de capitaine de première classe pour devenir inspecteur des Affaires maritimes.

« J’ai connu tout au long de ma carrière une dégradation des conditions de travail. J’ai commencé ma carrière d’officier avec des équipages entièrement français, homogènes, bien composés avec des embarquements et des congés bien cadrés. J’ai terminé ma carrière, j’étais capitaine, j’avais cinq nationalités à bord, j’étais le seul Français sur un navire qui par son état était exclu des eaux européennes, qui néanmoins était obligé de faire la traversée de l’Océan Indien qui durait un mois, sans possibilité d’aide ».
« Maintenant, je suis de l’autre côté de la barrière, mais je m’aperçois que par manque de moyens et d’effectifs, notre action est très limitée ».
« On est passé en 20 ans d’un univers où tout était bien cadré à une exploitation sauvage des navires et des hommes. C’est vrai que je suis un petit peu rentré dans ce métier, c’était peut-être prétentieux, mais j’avais envie de faire contre-poids à cette espèce de fuite en avant ». « On n’a pas à mettre nos sentiments dans la balance, mais bon, en tant qu’ancien marin, sur certains bateaux je vais toujours avoir un pincement au cœur c’est sûr. Mais ça c’est autre chose, on n’a pas à faire de sentiments ».
« J’attends de voir si vraiment je peux faire mon travail comme j’avais envie de le faire, sans vouloir tout révolutionner, mais bon, sinon, je crois que je quitterais le secteur maritime ».